J’ai reçu un très beau cadeau : un Yamaha DX7 IID ! Véritable légende, symbole de l’époque numérique. Il y a tellement de tubes, de vidéos autour du DX7 et de cette déclinaison.

Je vous propose un article sur sa présentation, un peu de synthèse FM, son nettoyage et comment charger de nouveaux sons.

La synthèse FM

Commençons par un peu d’histoire et je vous explique ensuite très simplement la synthèse FM.
John Chowning, un professeur de l’université Stanford, inventa à la fin des années 1960 le principe de la synthèse FM (génération numérique de sons par Modulation de Fréquence), mais aucune société américaine de synthétiseurs ou d’orgues ne prit le risque de fabriquer un prototype, certainement à cause des difficultés à concevoir des circuits numériques seuls capables de faire de la synthèse FM. Trois jeunes ingénieurs japonais (messieurs Ichimura, Hirokato et Endos) se passionnèrent pour le concept et réussirent non seulement à convaincre la division claviers de Yamaha de mettre au point des prototypes (des pianos électriques qui seront disponibles avec la série GS) mais aussi de breveter l’exclusivité de la synthèse FM pour dix ans — brevet d’exclusivité qui a rapporté près de vingt millions de dollars ($US) à l’université Stanford.

John Chowning jouant sur un Yamaha DX7
John Chowning jouant sur un Yamaha DX7

Dès sa sortie, le DX7 est une véritable vague déferlante dans le monde des instruments électroniques. Les principales raisons de son succès (plus de 180 000 exemplaires fabriqués) sont la précision et la clarté du son qu’il produit, se démarquant des synthétiseurs analogiques qui dominaient alors le marché, son prix de vente très compétitif (environ 2100€ alors que les concurrents commençaient à 6000€ et montaient jusqu’à 10000€) et une grande robustesse pour la scène. Beaucoup de sociétés concurrentes (PPG, Moog, Oberheim) fermeront peu après sa commercialisation. Korg en très mauvaise posture est racheté par Yamaha en 1986.

Roland mettra fin à la domination du son FM grâce au synthétiseur D-50 en 1987, puis ensuite Korg en 1988 avec le fameux M1.

Comprendre la synthèse FM en pratique

En synthèse soustractive, nous disposons d’un oscillateur, d’un filtre, d’une enveloppe, d’un amplificateur et d’un lfo. Si vous comprenez ces éléments, la synthèse FM n’est pas compliquée.

Vous allez découvrir 2 notions importantes : Porteur et Modulateur.
Mais avant cela, il faut comprendre la notion d’opérateurs et d’algorithmes.

Pour faire simple, un opérateur c’est un package contenant un oscillateur, une enveloppe et un amplificateur. Cet oscillateur peut avoir 2 actions, soit être Porteur, comprenez que vous allez l’entendre. Soit être Modulateur, comme un LFO qui va servir à moduler le son. Les oscillateurs ne possèdent pas de formes d’ondes différentes à part la forme d’onde sinusoïdale, mais par contre ajoute des fréquences harmoniques ce qui change énormément le son.

Selon le modèle de synthétiseur FM vous aurez plus ou moins d’opérateurs (4 pour un DX9, et 6 pour un DX7).

Plus il y a d’opérateurs et plus grandes sont les possibilités sonores, n’oubliez pas que c’est un package, c’est un peu comme avoir sur un synthé soustractif 6 oscillateurs 6 enveloppes et 6 LFO ça ouvre des possibilités, non ?

Ensuite le dernier point à comprendre ce sont les algorithmes. Sur un DX7, vous avez 32 algorithmes soit 32 façons de combiner les opérateurs. Si vous regardez le schéma ci-dessous issu du panneau d’un DX7 1ère génération, les opérateurs en bas des schémas sont les porteurs, et ceux au-dessus les modulateurs.

Le panneau des algorithmes sur un Yamaha DX7
Le panneau des algorithmes sur un Yamaha DX7

Et ce qui fait la richesse de cette synthèse, c’est les possibilités quasi-infinies de sons. Chaque modification de fréquence, de ratio ouvre à chaque fois un potentiel sonore énorme.

Voilà j’arrête là pour l’aspect compréhension pratique avec ces quelques indications vous avez déjà les bases pour faire de la FM. Si vous voulez allez plus loin dans votre découverte, je vous donne 2 manières un peu plus bas dans l’article (un livre et une formation).

Passons maintenant à la célébrité du Yamaha DX7, c’est grâce à cette vidéo que vous allez reconnaitre des sons et morceaux connus.

Les différentes versions de DX7

Le premier Yamaha DX7 est sorti en 1983. Il faut replacer le contexte, les synthétiseurs analogiques étaient légions, et sortir un nouveau synthétiseur avec la synthèse FM était révolutionnaire. De plus, dès son allumage il était accordé, pouvait mémoriser 32 sons, et proposait des sons nouveaux jusque là jamais entendus. Des pianos électriques, des basses slap, des sons de cloches très cristallin, des sons spéciaux uniquement possible avec cette nouvelle synthèse.

Après, Yamaha a voulu certainement faire un pied de nez aux autres marques, avec un look assez unique, dépourvu de boutons. C’est d’ailleurs ce qui lui fera du tort, la programmation était fastidieuse. Seuls de rares sound designers arrivaient à tirer parti de cette synthèse au profit des utilisateurs de preset.

Yamaha DX7
Yamaha DX7

Dans mon adolescence j’ai eu la chance de posséder un Yamaha DX9, avec le même look que le DX7 mais bien moins puissant. Et j’avoue que j’aimais ses sons, j’avais réussi à créer une nappe que j’utilisais souvent dans mes morceaux. Si vous voulez voir à quoi ressemble le DX9 et comment il sonne, regardez la vidéo ci-dessous.

Découvrons maintenant les différents modèles de DX7

  • 1983 : DX7 et son expandeur TX7 avec 32 mémoires, sons en 12 bits. Implémentation MIDI limitée.
  • 1987 : DX7s évolution en 16 bits du DX7
  • 1987 : DX7IID : 64 mémoires avec split, passage aux boutons, sons en 16 bits, meilleure implémentation MIDI. Son expandeur est le TX802.
  • 1987 : DX7IIFD : un DX7II avec lecteur de disquette
  • 1987 : DX7 Centennial : pour le centenaire de Yamaha, 300 exemplaires, un modèle très rare !
Yamaha DX7 IIFD Centennial
Yamaha DX7 IIFD Centennial

Apprendre à programmer un son sur son DX7 IID

Si vous souhaitez vous lancer dans la création de sons (bravo !) je vous conseille un ouvrage et une formation.

Livre d'Alain Cassagnau sur la synthèse FM

Livre d’Alain Cassagnau

Un ouvrage qui est regroupe à la fois la présentation détaillée de la synthèse soustractive et surtout la synthèse FM. Véritable référence dans ce domaine, je ne peux que vous le conseiller.

Prix : 29€ frais de port inclus

Acheter le livre sur le site dédié

Formation Synthèse FM de Saw Up

Formation Saw Up

Une formation dédiée à la synthèse FM, je vous la conseille fortement. Elle est très accessible, très complète avec de nombreux tests pratiques. Je l’ai d’ailleurs testé dans cet article.

Prix : 112€

Acheter la formation sur le site Saw Up

Télécharger des sons pour son DX7 IID

Avec ce clavier légendaire, les banques de sons ne manquent pas !

J’ai compilé celles que j’ai trouvé dans un gros fichier.

Vous pouvez également retrouver des banques de sons sur les sites suivants :

Comment charger de nouveaux sons dans son DX7 IID ?

Vous devrez commencer par raccorder votre synthétiseur à votre ordinateur, soit par le biais de câbles MIDI reliés à votre carte son. Soit via un cable qui fait office d’interface midi, ayant une connexion MIDI d’un côté et USB pour votre ordinateur. Raccordez le MIDI IN du DX7 vers le MIDI OUT de votre carte son, et inversement pour le MIDI OUT du DX7.

Roland UM-One MK2
Roland UM-One MK2

Etapes à suivre

  1. Désactiver la protection mémoire de votre DX7 IID. Bouton [EDIT] et bouton [14] et placer INT et CRT à OFF.
  2. Régler le canal de réception MIDI. Bouton [EDIT] et bouton [32] périphérique midi numéro 1.
  3. Envoyer votre fichier SYSEX par le biais de votre logiciel. En général, vous ouvrez le fichier .syx et vous activez la fonction SEND ou PLAY.
  4. Un message apparait ** COMPLETED pour confirmer la bonne réception de la banque de sons côté DX7.

Si vous avez des erreurs, pensez à baisser la vitesse de votre transfert, c’est une vieille machine 😉

Messages d’erreurs et solutions

  • Bulk MIDI rejeté par la protection de la mémoire ! → [EDIT][14] memory protect INT off
  • MIDI bulk rejeté par dev# conflict ! → [EDIT][32] périphérique midi numéro 1
  • Données groupées MIDI reçues ! → sélection du mode vocal [SINGLE][1]-[64]

Une option pratique pour charger des banques de sons sur son DX7 IID

Les cartes RAM coutent maintenant assez cher et sont difficiles à trouver. J’ai découvert récemment un boitier qui remplace une carte RAM et permet de charger un paquet de banques de sons.

Carte Hypersynth Hcard-702

Hypersynth Hcard-702

Boitier qui remplace les cartes RAM, et vous permet de stocker 100 banks (6400 voices, 3200 perfs, 200 tunnings, 100 setups).

Le boitier est fourni avec 16 banks issues des meilleures banques. Ce boitier n’a plus besoin de batterie à la différence des cartes RAM. Souvent en rupture de stock vu son succès.

Prix : 145€

Découvrir la carte sur le site Hypersynth

Nettoyer son yamaha DX7 IID

Lorsque je suis allé chercher mon clavier, je me suis dis qu’il fallait l’ouvrir pour nettoyer le clavier et voir s’il avait déjà été ouvert. J’avais déjà un indice, vu que le bouton ON/OFF n’était plus d’origine mais j’étais loin d’imaginer ce que j’allais découvrir…

Tout d’abord armez-vous de la notice technique (en anglais ci-dessous). Et regardez-là, elle donne toutes les vis utilisées, leurs emplacements dans les différentes cartes.

Je vous rappelle qu’ouvrir un synthétiseur présente toujours un risque, donc prenez les précautions d’usage. Ne pas le laisser branché, ne pas toucher la carte d’alimentation. Et si d’une manière générale vous n’êtes pas habitué à le faire, passez par un professionnel.

Mon but est uniquement de nettoyer le clavier, la batterie est encore bonne.

Par quoi commencer ? Déjà prévoir d’utiliser votre téléphone pour photographier votre démontage, ce sera très utile croyez-moi au remontage. Et n’hésitez pas à prendre un maximum de clichés, de prêt, de loin, sur les côtés, vous serez content de voir l’emplacement des vis une fois démonté.

Ensuite prévoyez d’organiser le démontage avec des récipients pour les vis et un post-it pour noter ce que cela concerne (plaque arrière, fixation clavier, etc).

Pour ouvrir le DX7 IID, il faut le retourner.

Dos du Yamaha DX7 IID
Dos du Yamaha DX7 IID

Pour savoir quelles vis retirer je suis les explications du « service manual » il y a 14 vis avec des longueurs différentes. Il faut bien les repérer.

Vis pour l'ouverture du DX7 IID
Vis pour l’ouverture du DX7 IID

Ensuite, c’est là que je découvre l’intérieur du synthétiseur, et que voyez-vous… Non il ne s’agit pas que de poussière…

Yamaha DX7 IID des toiles d'araignées
Yamaha DX7 IID des toiles d’araignées

Et oui, des toiles d’araignées 😱… Je connais même quelqu’un qui m’a conseillé de bruler le synthé par peur des araignées 😉
Donc là je me suis dis qu’il fallait que je démonte intégralement ce synthétiseur pour être sur qu’il n’y ait pas d’araignée (vivante ou morte).

Je ne suis pas au bout de mes peines, entre la poussière et ce que je découvre… Regardez bien en bas de la carte pour la sortie casque… Le truc blanc qu’on aperçoit dans l’ouverture arrondie c’est un cocon d’araignée 😳

Yamaha DX7 IID cocon d'araignée
Yamaha DX7 IID cocon d’araignée

Donc procédons déjà au démontage du clavier, et je vous montrerais ensuite comment démonter (si besoin) les autres cartes.

Pour le clavier, il y a 7 vis à retirer et après il faut le faire pivoter un peu pour le sortir. Il faudra débrancher une nappe ou deux (prenez des photos). Normalement pas de risques vu qu’il y a des détrompeurs.

Yamaha DX7 service manual démontage clavier
Yamaha DX7 service manual démontage clavier
Le Yamaha DX7 IID vue sur le clavier
Le Yamaha DX7 IID vue sur le clavier

J’ai débranché doucement les nappes, et je commence à regarder le clavier. Il faudra séparer les lamelles qui servent de contact et les touches du clavier. Idem, prenez plusieurs photos pour repérer les vis.

Inspectez minutieusement les lamelles, nettoyez-les avec de l’alcool, vérifiez qu’elles ne sont pas tordues ou cassées.

Les lamelles de contact (partie haute) et le nettoyage du chassis supportant le clavier
Les lamelles de contact (partie haute) et le nettoyage du chassis supportant le clavier

Passons maintenant au chassis tenant le clavier, là encore du travail de nettoyage en perspective.

Clavier de Yamaha DX7 IID
Clavier de Yamaha DX7 IID

J’ai bien fait de me motiver à l’ouvrir, il en a bien besoin. Comment défaire les touches ?

Il y a un cache blanc qui court tout le long du clavier et qui bloque les touches, il suffit de le retirer et de dégager doucement chaque touche en pressant puis en remontant la touche.

Démontage des touches du clavier du Yamaha DX7 IID
Démontage des touches du clavier du Yamaha DX7 IID

Il y a vraiment beaucoup de poussières, donc passage à l’aspirateur, puis au pinceau, et enfin à l’eau savonneuse je retire un maximum, en séchant directement avec un chiffon au fur et à mesure.

Lorsqu’on démonte un clavier, il faut repérer l’octave complète, il y a des lettres indiquées sur chaque touche (sauf les noires). Si vous remontez un clavier et que les touches ne remontent pas correctement c’est peut-être qu’une touche n’est pas au bon endroit de l’octave 😉.

Octave démontée d’un Yamaha DX7 IID

Je trempe ensuite mes touches dans une bassine, avec du liquide vaisselle et je frotte les touches une à une avec un pinceau. Il y a une languette en métal par touche, ne les perdez pas. Dès qu’une touche est nettoyée, je l’égoutte et la sèche dans la foulée.

J’y ai passé quelques heures, c’est la partie la plus longue du nettoyage.

Et ensuite, c’est le remontage du clavier, mon conseil, on commence par replacer les touches noires, et ensuite les blanches, en respectant les lettres de l’octave. Assurez-vous bien que chaque touche possède sa languette, et que la languette rentre bien en contact avec la partie métal des lamelles. Pour le remontage, on appuie sur la touche et on remonte vers le haut pour ensuite redescendre. La touche doit rebondir normalement, ne pas être freinée. Si elle ne remonte pas c’est que la languette n’est pas rentrée dans la fente du chassis. N’appuyez pas très fort non plus, il y a des guides en plastique qui peuvent casser. Testez touche par touche, elles doivent toutes être souples.

Et ensuite, une fois que c’est terminé, n’oubliez pas de remettre le cache pour tenir les touches. Et on passe au remontage dans le chassis, reconnecter les nappes, on fixe les 7 vis et on remonte ensuite la plaque arrière.

Et c’est terminé 👍 Reste à allumer son DX7 et à le tester 😊

Dans mon cas, j’ai démonté toutes les cartes, passé un pinceau un peu partout, nettoyé les boutons poussoirs, les sliders, les flancs à la recherche de l’araignée que je n’ai pas trouvé. Voici les captures de la documentation pour savoir comment démonter le restant du clavier, et avec les photos prises ce ne fut pas difficile.

Notice de démontage partie alimentation Yamaha DX7 IID
Notice de démontage partie alimentation Yamaha DX7 IID
Notice de démontage des autres cartes du Yamaha DX7 IID
Notice de démontage des autres cartes du Yamaha DX7 IID

Vous pouvez également regarder cette vidéo qui montre bien comment démonter le clavier et même changer l’eprom pour une version de l’OS plus récente.

Les documents utiles pour le DX7 IID

Vous trouverez ci-dessous différents documents utiles si vous possédez un DX7 IID ou IIFD.

Les synthétiseurs FM d’aujourd’hui

Depuis la fin du brevet en 1995, nous retrouvons de la synthèse FM dans de nombreux synthétiseurs. Les Nord Lead, les Korg Kronos et autres modèles plus anciens comme le DS8.

Est-ce que ce Yamaha DX7 IID est-il toujours d’actualité ? Je pense que bon nombre de connaisseurs vous répondront que son interface est vraiment difficile à aborder.
Effectivement sur ce point, on est loin du confort d’un écran d’ordinateur ou d’un Korg OPSIX.

Sélection de synthétiseurs FM hardware

Korg Volca FM

Korg Volca FM

Un mini synthétiseur FM, transportable et qui sonne vraiment bien.
Synthétiseur FM polyphonique trois voix, totalement compatible avec le Yamaha DX7 puisqu’il peut charger des banques de sons.

Prix : 149 €

Découvrir le Korg Volca FM sur le site de Korg

Yamaha Reface DX

Yamaha Reface DX

Un autre petit synthétiseur FM à 4 opérateurs.

Prix : 349€

Découvrir le Yamaha Reface DX sur le site de Yamaha

Korg OPSIX

Korg OPSIX

Une approche ultra simple, certainement l’un des meilleurs synthés FM en terme d’ergonomie.

Prix : 555€

Découvrir sur le site de Korg

Yamaha MODX6

Un synthétiseur FM plus grand que les autres, avec beaucoup de fonctionnalités en plus de la partie FM. Séquenceur, effets, arpégiateurs.

Prix : 1199€

Découvrir sur le site de Yamaha

Kodamo Essence FM MKII

Kodamo Essence FM MKII

Un expandeur rackable FM ultra puissant, avec écran tactile couleur, 300 voies de polyphonie.

Prix : 1259€

Découvrir sur le site de Kodamo

Sélection de synthétiseurs FM virtuels

Dexed de digital suburban

Dexed de digital suburban

Un VST gratuit qui reproduit les paramètres du Yamaha DX7. Compatible Mac, PC et Linux.

Prix : gratuit

Découvrir sur le site de KR AUDIO

Arturia DX7-V

Arturia DX7-V

La version virtuelle du DX7 avec tout plein de fonctionnalités en plus comme d’habitude avec Arturia.

Prix : 149€

Découvrir sur le site d’Arturia

Native Instruments FM8

Native instruments FM8

Un synthétiseur FM très puissant qui dépasse largement le DX7.

Prix : 149€

Découvrir sur le site de Native Instruments

Conclusion

Ce synthétiseur Yamaha, c’est quelque chose ! Une tranche de succès des années 80. J’adore son clavier et ses sons si reconnaissables.

Aujourd’hui, à part pour les nostalgiques (comme moi) il y a beaucoup mieux, et on vous conseillera souvent soit la version virtuelle (FM8 ou Dexed) soit la version matérielle (Korg Opsix, Yamaha Reface ou MODX).

En tout cas, c’est une synthèse qui offre un potentiel de sons quasi illimité, et c’est très complémentaire avec des sons d’autres synthétiseurs.

Le prochain synthétiseur que je dois démonter c’est le Korg 01/W pour nettoyer son clavier et aussi changer son rétro-éclairage. Un article suivra prochainement 😉

Si cet article vous a intéressé, laissez-moi un commentaire ou une note cela m’encourage à continuer. Merci 😉

Noter cet article

Vous aimerez aussi

Privacy Preference Center